Patrice Balvay

Patrice Balvay

Pour suite

Depuis plusieurs années ma recherche se structure en suites. Elles sont des variations selon un parti pris technique, un format et un thème. De la mise en tension de ces trois composantes découle le tableau ou le dessin. Si chaque suite a un début, elle n’a pas de fin programmée. Elle peut être suspendue, reprise, aussi longtemps que l’obsession qui l’anime n’est pas épuisée. Elle fonctionne ainsi comme un ensemble sans véritable fin. A l’intérieur de chaque suite, chaque œuvre, singulière et autonome, est volontairement laissée à un certain degré d’inachèvement, la dernière couche restant celle posé par celui qui regarde, sur l’œuvre sèche ou fixée.  Si suspendre au lieu d’achever privilégie le processus dans son infinité, ne pas clore crée une indécision, suscite un trouble, que je fais partager.

Patrice Balvay,
le 17 février 2009

http://www.balvay.fr/index.html